A Gaza, la bombe à retardement du choc post-traumatique