Le Covid-19 a-t-il « massifié » l’utilisation des applications de rencontre ?