Pleine à craquer, la réa guette le pic de la troisième vague