En pleine 3e vague, les Afghans préfèrent ignorer le Covid